Mon chien ne sait pas rester seul

L’article du jour porte sur une question qui m’est revenue plusieurs fois ces derniers temps, mon chien détruit/aboie/pleure quand je suis absent, que faire?

Mon chien ne sait pas rester seul

Sans vouloir me lancer dans du comportementalisme à deux sous, il me semble déjà important que tout propriétaire de chien garde une chose en tête : il n’est pas naturel pour un chien de rester seul, être en meute lui assure sa survie. Certains chiens s’accoutument mieux que d’autres à nos habitudes. D’autres ne s’acclimatent pas aussi facilement et vont généralement l’exprimer en détruisant, en faisant leurs besoins à l’intérieur, en vidant vos poubelles, en ameutant le quartier par des aboiements ou hurlements à la mort, en faisant « des bêtises » quand vous n’êtes pas là. A ces chiens là, il faut apprendre qu’être seul c’est une bonne chose.

Si votre chien est dans ce cas et que vous ne savez plus quoi faire, partons du principe qu’il s’agit d’un cas d’anxiété de séparation basique.

Quelques trucs pour « soigner » son anxiété de séparation :

  • Fleurs de Bach : Vous pouvez commencer un mélange de chicory et de rescue que vous lui mettez dans son bol d’eau (pour plus d’infos n’hésitez pas à suivre le lien et à consulter le fichier pdf dans l’article consacré au sujet).
  • Vos routines : Nos chiens nous observent beaucoup et bien que nous humains prônons en général ne pas être routiniers, nous ne les bernons pas. Inconsciemment, tous les matins, nous allons reproduire le même rituel, ce rituel de départ va devenir pour votre chien source de stress s’il vit mal vos départs. Brisez-les. Inversez l’ordre dans lequel vous prenez, votre sac, mettez vos chaussures, enfilez votre manteau, etc. Mettez votre manteau avant vos chaussures, prenez votre petit déjeuner puis mettez vos chaussures par exemple. Pendant toute la phase de rééducation, mélangez l’ordre dans lequel vous faites ces choses. Vous pouvez également profiter d’un jour à la maison pour désensibiliser votre ami canidé à ces choses qui signifient que vous êtes sur le départ. Enfilez votre manteau pour regarder la télé, sortez sur le pas de la porte en chaussettes, devenez imprévisible.
  • Vos départs et vos arrivées : Nous humains, avons tendance à dire au revoir à notre ami canin en partant et à vouloir lui dire bonjour à peine rentrés. Pour le chien ça peut être source de confusion. Idéalement, il est conseillé d’ignorer votre chien 10-15 minutes avant de partir et 10-15 minutes après être rentré. Le fait de dire au revoir et bonjour à votre chien fait de vos allers et venues des évènements importants dans la vie de votre compagnon à 4 pattes. Pour qu’il le vive bien, il faudrait les rendre insignifiants. Si vous sortez pour réceptionner un colis, vous n’allez pas faire des grands adieux et avoir des retrouvailles folles avec votre chien, en faisant de grandes cérémonies, vous en faites quelque chose d’angoissant pour votre chien. Je ne veux pas dire que vous ne pouvez pas dire bonjour à votre chien mais quand vous rentrez, laissez-le se calmer un peu puis appelez-le pour lui dire bonjour, il n’en sera que mieux dans ses pattes.
  • Son espace : Si votre chien est du genre à vous alerter au moindre bruit, vous pouvez être sûr qu’une fois que vous êtes partis il se sent obligé de défendre son territoire. Les chiens se sentent plus en sécurité dans un endroit plus petit que dans un endroit plus vaste où il aura plus de peine à tout surveiller. Laisser la maison entière à votre chien quand vos vous absentez part d’un bon sentiment mais s’il vit mal le fait d’être laissé seul, choisissez-lui une ou deux pièces communicantes dans lesquelles il a tout son confort (panier, eau, occupation) et de préférence relativement calmes (si votre chien n’est pas propre ou qu’il exprime son mal-être par des urines un peu partout, préférez une pièce carrelée).
  • Son temps : Un chien peut détruire dans un élan de panique mais aussi par ennui, ce n’est pas parce que vous n’êtes pas là qu’il ne doit pas pouvoir s’occuper s’il en ressent le besoin. Laissez-lui des choses à mâcher (les activités masticatoires et de léchage ont un pouvoir calmant sur le chien), un jouet, un kong fourré, une peluche qu’il peut éventrer ATTENTION : veillez à ce que ces jouets soient adaptés à votre chien au niveau de leur taille et de leur solidité et ne le laissez pas avec des jouets en mauvais état qui pourraient être un danger pour lui – en bref laissez-lui de quoi s’occuper sainement et sans dangers.
  • Le calme : Si votre chien est calme quand vous partez, il n’en vivra que mieux votre absence. Aussi, si vous êtes dans un quartier bruyant et que votre chien est réactif à ces bruits, vous pouvez lui mettre la radio ou n’importe quel fond sonore pour couvrir les bruits extérieurs.
  • Les faux départs : Au plus vous travaillerez vos départs, au plus vite vos soucis devraient être réglés. Sortez sans raisons et sans tralalas, ça ne doit pas être long, une minute ou deux suffisent, au plus vous pratiquerez, en veillant à ce que votre chien soit heureux même si vous partez, au plus vite il le sera. De plus, des absences brèves, ne lui laissent pas le temps de faire de bêtises ce qui renforcera votre chien dans le bon sens.
  • Patience : Pendant toute la durée de la désensibilisation, faites preuves de patience et de calme. Ne vous emportez-pas parce que vous retrouvez un coussin éventré à votre retour ou parce que votre voisin est encore venu se plaindre que votre chien a aboyé toute la journée. Prenez sur vous, de toute façon le réprimander pour quelque chose qui a été fait précédemment ne servirait à rien, il ne ferait pas le lien entre votre colère et son méfait. Et surtout, votre énervement pourrait aggraver les angoisses sur lesquelles vous êtes en train de travailler.

Si malgré tout ça, vous ne voyez pas de résultats (laissez-lui 2-3 semaines pour des débuts de progrès même minimes), il peut être nécessaire de faire appel à un comportementaliste parce que le problème pourrait être plus profond et plus complexe.

N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou commentaires ici en-dessous ou sur Facebook 🙂

Publicités

DIY pour chiens – jouet d’occupation : la pomme de pin

Aujourd’hui j’ai décidé de lancer une nouvelle catégorie sur le blog : les DIY !

DIY pour chien : jouet d'occupation - la pomme de pin

DIY c’est quoi? Do it yourself, faites-le vous-mêmes. En résumé : du « bricolage ».

Au départ, j’avais prévu un seul et unique article DIY mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence, il allait être kilométrique et indigeste. Du coup la création d’une nouvelle catégorie m’a semblé être la solution, vous aurez donc droit, de temps à autre, à un petit tuto DIY pour chien.

Pour le premier DIY, j’ai choisi quelque chose de très simple et très très bon marché (pour pas dire gratuit) : Créer un jouet d’occupation avec une pomme de pin.

DIY pour chien : jouet d'occupation - pomme de pin tuto

Le matériel :

  • 1 pomme de pin ouverte par chien
  • Des friandises molles type gomme

La marche à suivre :

  • Plantez les friandises dans les petites ailettes de la pomme de pin.
  • Pressez un peu sur les friandises pour qu’elles soient plus difficiles à retirer de la pomme de pin.
  • Et voilà vous pouvez la donner à votre chien pour qu’il s’occupe.

Recommandations : la première fois que vous la lui donnez, gardez un oeil dessus pour être sûr qu’il n’essaye pas de la manger, le but est qu’il détache les friandises et non qu’il mange la pomme de pin. En fonction de la taille de la mâchoire de votre chien, il pourrait essayer de l’avaler et risquerait de s’étouffer ou de faire une occlusion intestinale (c’est vrai aussi pour les jouets classiques achetés dans le commerce, il faut toujours s’assurer que le jouet soit assez gros pour ne pas être avalé).

J’espère que cet article un peu différent vous aura plu, n’hésitez pas à poser vos questions ou me faire part de vos commentaires ici ou sur Facebook 🙂

EDIT : Un commentaire sur Facebook a attiré mon attention sur l’importance de vous informer sur les chenilles processionnaires du pin. Que vous habituiez ou non votre chien à jouer avec des pommes de pins, soyez vigilents pendant la saison de procession de ces chenilles qui sont très dangereuses pour votre animal (et même pour vous). Vous pouvez éventuellement travailler avec la même pomme de pin la commande « tu laisses » pour éviter tout danger si vous vivez à proximité de pins. Je vous invite à lire l’arcticle lié sur les chenilles processionnaires (sans pour autant sombrer dans la paranoïa).

Les positions de base – assis, couché, debout

Pour terminer la semaine, je vous ai préparé un article sur les positions de base : assis, couché, debout.

positionscover

Le b.a.-ba de l’éducation canine, les plus utiles, voir indispensables. Je me doute que bon nombre d’entre vous n’auront pas besoin de cet article mais il me semblait logique et cohérent d’aborder le sujet sur ce blog.

Il est intéressant d’enchaîner les 3 positions comme de les demander séparément. Une par une, elles peuvent s’avérer utiles dans la vie de tous les jours en fonction des situations on demandera au chien d’attendre debout (la position dans laquelle on a le moins de chance qu’il reste), assis (position entre deux à tous niveaux) ou couché (la position la plus facile et la plus confortable pour le chien dans le cadre d’une attente plus longue). Enchaînées dans un ordre aléatoire et différent (plus difficile pour nous) elles aident à renforcer les muscles posturaux du chien, ce qui peut limiter les risques de blessures du type entorses ou déboîtement. Les muscles correctement développés soutiendront plus efficacement les articulations (et non développés à l’excès). De plus, l’enchaînement des positions vous permettra de construire une mémoire musculaire de ces mouvements et obtenir de meilleures positions.

Je vous conseille de regarder cette vidéo de kikopup à partir de la minute 5 pour bien voir le mouvement à effectuer pour le leurre en passant d’une des trois positions à une autre.

Assis étape par étape :

  • Placez-vous devant votre chien, de préférence assis pour ne pas être penché par dessus (ce qui peut être pris pour une agression).
  • Pour le leurrer dans la position assise, démarrez avec la friandise devant son nez et montez là légèrement au-dessus de lui tout en la mettant un peu plus en arrière de votre chien (imprimez une diagonale avec votre main allant vers le haut et vers l’avant).
  • Dès que l’arrière train de votre chien touche le sol, récompensez!
  • Faites en sorte qu’il quitte la position assise et répétez les étapes précédentes tout en récompensant au moment où son arrière-train entre en contact avec le sol.
  • Lorsque vous voyez que votre chien a compris ce que vous attendiez de lui et s’assoit à coup sûr, vous pouvez progressivement mettre une commande et supprimer le leurre.
  • Généralisez en pratiquant dans divers endroits, en étant debout, en étant à côté ou derrière lui, en augmentant la durée (renforcez la durée en récompensant le fait de ne pas changer de position), avec différents degrés de distraction.
  • Essayez de toujours y intégrer un ordre de fin.

Les positions de base : assis

Couché étape par étape :

  • Démarrez en étant de préférence assis devant votre chien (pour les raisons précédemment expliquées).
  • Pour débuter, il est plus facile de partir avec le chien en position assise.
  • Leurrez votre chien dans la position couchée en partant avec la friandise devant son nez et en la descendant au sol (soit verticalement, soit dans un mouvement diagonal de haut en bas et un peu vers vous dépendant de la taille de votre chien la diagonale peut être plus ou moins importante).
  • Récompensez dès que le corps de votre chien entre en contact avec le sol.
  • Leurrez votre chien pour qu’il quitte la position couchée et répétez le mouvement jusqu’à ce qu’il l’ait intégré.
  • Une fois intégré, vous pouvez mettre la commande « couché » sur le mouvement en prononçant votre ordre au moment où son corps touche le sol et récompensez juste après.
  • Vous pouvez progressivement supprimer le leurre et généraliser le tour.
  • Essayez de toujours y intégrer un ordre de fin.

Les positions de base : couché

Debout étape par étape :

  • En toute logique commencez avec votre chien en position assise ou couchée.
  • Pour leurrer votre chien en position debout, démarrez avec le leurre devant son nez et éloignez la friandise de celui-ci horizontalement s’il était assis, en diagonale de bas en haut vers l’avant du chien s’il était couché.
  • Récompensez dès qu’il est debout.
  • Certains chiens ont tendance à très vite reposer leur arrière-train à terre… Si c’est le cas du votre, plusieurs options s’offrent à vous. Vous pouvez mettre votre pied ou votre main dans le chemin pour éviter qu’il ne s’asseye, ou faire un léger pas en avant (j’ai une préférence pour la deuxième solution ayant un chien sensible au contact).
  • Faites-le changer de position et répétez encore en encore tout en récompensant la position souhaitée et en enchaînant les récompenses si nécessaire pour assurer la durée.
  • Quand votre chien a imprimé le mouvement, mettez une commande dessus.
  • Enfin, supprimez le leurre progressivement et généralisez le tour.
  • Essayez de toujours y intégrer un ordre de fin.

Les positions de base : debout

Généralisez les enchaînements en passant d’une position à l’autre dans un ordre aléatoire. Variez enfin la durée, les lieux, le niveau de distraction, le niveau de difficulté, etc. (pour chaque critère de difficulté ajouté, supprimez-en un autre)

N’hésitez-pas à me donner votre avis ou poser vos questions ici ou sur Facebook.