Mon chien ne sait pas rester seul

L’article du jour porte sur une question qui m’est revenue plusieurs fois ces derniers temps, mon chien détruit/aboie/pleure quand je suis absent, que faire?

Mon chien ne sait pas rester seul

Sans vouloir me lancer dans du comportementalisme à deux sous, il me semble déjà important que tout propriétaire de chien garde une chose en tête : il n’est pas naturel pour un chien de rester seul, être en meute lui assure sa survie. Certains chiens s’accoutument mieux que d’autres à nos habitudes. D’autres ne s’acclimatent pas aussi facilement et vont généralement l’exprimer en détruisant, en faisant leurs besoins à l’intérieur, en vidant vos poubelles, en ameutant le quartier par des aboiements ou hurlements à la mort, en faisant « des bêtises » quand vous n’êtes pas là. A ces chiens là, il faut apprendre qu’être seul c’est une bonne chose.

Si votre chien est dans ce cas et que vous ne savez plus quoi faire, partons du principe qu’il s’agit d’un cas d’anxiété de séparation basique.

Quelques trucs pour « soigner » son anxiété de séparation :

  • Fleurs de Bach : Vous pouvez commencer un mélange de chicory et de rescue que vous lui mettez dans son bol d’eau (pour plus d’infos n’hésitez pas à suivre le lien et à consulter le fichier pdf dans l’article consacré au sujet).
  • Vos routines : Nos chiens nous observent beaucoup et bien que nous humains prônons en général ne pas être routiniers, nous ne les bernons pas. Inconsciemment, tous les matins, nous allons reproduire le même rituel, ce rituel de départ va devenir pour votre chien source de stress s’il vit mal vos départs. Brisez-les. Inversez l’ordre dans lequel vous prenez, votre sac, mettez vos chaussures, enfilez votre manteau, etc. Mettez votre manteau avant vos chaussures, prenez votre petit déjeuner puis mettez vos chaussures par exemple. Pendant toute la phase de rééducation, mélangez l’ordre dans lequel vous faites ces choses. Vous pouvez également profiter d’un jour à la maison pour désensibiliser votre ami canidé à ces choses qui signifient que vous êtes sur le départ. Enfilez votre manteau pour regarder la télé, sortez sur le pas de la porte en chaussettes, devenez imprévisible.
  • Vos départs et vos arrivées : Nous humains, avons tendance à dire au revoir à notre ami canin en partant et à vouloir lui dire bonjour à peine rentrés. Pour le chien ça peut être source de confusion. Idéalement, il est conseillé d’ignorer votre chien 10-15 minutes avant de partir et 10-15 minutes après être rentré. Le fait de dire au revoir et bonjour à votre chien fait de vos allers et venues des évènements importants dans la vie de votre compagnon à 4 pattes. Pour qu’il le vive bien, il faudrait les rendre insignifiants. Si vous sortez pour réceptionner un colis, vous n’allez pas faire des grands adieux et avoir des retrouvailles folles avec votre chien, en faisant de grandes cérémonies, vous en faites quelque chose d’angoissant pour votre chien. Je ne veux pas dire que vous ne pouvez pas dire bonjour à votre chien mais quand vous rentrez, laissez-le se calmer un peu puis appelez-le pour lui dire bonjour, il n’en sera que mieux dans ses pattes.
  • Son espace : Si votre chien est du genre à vous alerter au moindre bruit, vous pouvez être sûr qu’une fois que vous êtes partis il se sent obligé de défendre son territoire. Les chiens se sentent plus en sécurité dans un endroit plus petit que dans un endroit plus vaste où il aura plus de peine à tout surveiller. Laisser la maison entière à votre chien quand vos vous absentez part d’un bon sentiment mais s’il vit mal le fait d’être laissé seul, choisissez-lui une ou deux pièces communicantes dans lesquelles il a tout son confort (panier, eau, occupation) et de préférence relativement calmes (si votre chien n’est pas propre ou qu’il exprime son mal-être par des urines un peu partout, préférez une pièce carrelée).
  • Son temps : Un chien peut détruire dans un élan de panique mais aussi par ennui, ce n’est pas parce que vous n’êtes pas là qu’il ne doit pas pouvoir s’occuper s’il en ressent le besoin. Laissez-lui des choses à mâcher (les activités masticatoires et de léchage ont un pouvoir calmant sur le chien), un jouet, un kong fourré, une peluche qu’il peut éventrer ATTENTION : veillez à ce que ces jouets soient adaptés à votre chien au niveau de leur taille et de leur solidité et ne le laissez pas avec des jouets en mauvais état qui pourraient être un danger pour lui – en bref laissez-lui de quoi s’occuper sainement et sans dangers.
  • Le calme : Si votre chien est calme quand vous partez, il n’en vivra que mieux votre absence. Aussi, si vous êtes dans un quartier bruyant et que votre chien est réactif à ces bruits, vous pouvez lui mettre la radio ou n’importe quel fond sonore pour couvrir les bruits extérieurs.
  • Les faux départs : Au plus vous travaillerez vos départs, au plus vite vos soucis devraient être réglés. Sortez sans raisons et sans tralalas, ça ne doit pas être long, une minute ou deux suffisent, au plus vous pratiquerez, en veillant à ce que votre chien soit heureux même si vous partez, au plus vite il le sera. De plus, des absences brèves, ne lui laissent pas le temps de faire de bêtises ce qui renforcera votre chien dans le bon sens.
  • Patience : Pendant toute la durée de la désensibilisation, faites preuves de patience et de calme. Ne vous emportez-pas parce que vous retrouvez un coussin éventré à votre retour ou parce que votre voisin est encore venu se plaindre que votre chien a aboyé toute la journée. Prenez sur vous, de toute façon le réprimander pour quelque chose qui a été fait précédemment ne servirait à rien, il ne ferait pas le lien entre votre colère et son méfait. Et surtout, votre énervement pourrait aggraver les angoisses sur lesquelles vous êtes en train de travailler.

Si malgré tout ça, vous ne voyez pas de résultats (laissez-lui 2-3 semaines pour des débuts de progrès même minimes), il peut être nécessaire de faire appel à un comportementaliste parce que le problème pourrait être plus profond et plus complexe.

N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou commentaires ici en-dessous ou sur Facebook 🙂

Publicités

Mon chien mange trop vite – trucs et astuces

Certains chiens mangent très lentement, d’autres mangent clairement trop vite. Les causes sont diverses et variées, la conséquence est souvent la même, le chien digère mal.

Mon chien mange trop vite

Un chien qui mange vite peut avoir plusieurs raisons. Gourmandise extrême, peur qu’on lui confisque son précieux repas, stress, nervosité, rivalité avec un autre chien, …

La théorie traditionnelle veut qu’on ne doit laisser sa gamelle à un chien que 15 minutes qu’il l’ait terminée ou non. Pour son bien? Non. Pour qu’il vous respecte plus parce que oh grand dominant vous avez le pouvoir sur sa nourriture? Non plus. En fait on conseille de ne pas laisser sa gamelle à un chien uniquement pour mieux contrôler sa digestion et les horaires de ses besoins. Pratique… Le hic, certains chiens plus sensibles que d’autres vont développer une vraie hantise du retrait de leur précieuse nourriture et vont engloutir leur gamelle de peur que leur délicieux repas disparaisse. (Je vous passe le fameux prenez-lui sa gamelle en cours de repas et mettez-y les mains sinon je risque de m’étendre pendant des heures) Ou encore, devenir surprotecteur de leur gamelle pouvant grogner ou mordre si on les approche quand ils mangent.

Bref je m’égare 😀

Aujourd’hui donc, comme l’indique le titre de l’article, je vais essayer de vous donner des astuces pour que votre chien mange plus lentement. Que votre chien soit aux croquettes, au BARF ou à la pâtée, il y a des solutions.

  1. Le moment : Choisissez un moment où votre chien est calme. Evitez surtout de lui donner à manger avant et après un effort physique intense pour éviter les retournements d’estomac. Que vous lui donniez sa ration journalière en une ou deux fois, privilégiez le calme à tout prix. Un chien détendu mangera plus lentement en prenant le temps de mâcher ses croquettes.
  2. Le lieu : Assurez-vous que votre chien se sente en sécurité à l’endroit où vous lui donnez sa gamelle. Evitez les endroits trop bruyants, la proximité des portes, les endroits de passages, …
  3. Son espace : Si vous avez des enfants, apprenez-leur à laisser de l’espace à votre chien pendant ses repas, vous-mêmes, laissez-le manger en paix. Vous pouvez le « déranger » par exemple pour lui ajouter quelque chose de valeur dans sa gamelle pour qu’il associe votre proximité à quelque chose de positif et soit plus détendu avec votre présence.
  4. Ses rivalités : Si vous avez plusieurs chiens, mettez leurs gamelles à bonne distance l’une de l’autre. Si un de vos chiens est particulièrement susceptible en ce qui concerne la nourriture, mettez-les dans des pièces séparées pour qu’ils puissent manger dans le calme.
  5. Le contenu : En ce qui concerne les croquettes, en fonction de leur taille, de leur forme et de leur friabilité, elles peuvent jouer un rôle dans la mastication de votre chien.
  6. Le contenant : Il existe plusieurs astuces au niveau du contenant qui peuvent fortement aider à ralentir l’ingurgitation.
  • Le plateau : L’astuce la plus simple et la moins onéreuse. Eparpillez ses croquettes ou sa viande sur un plateau, il lui faudra plus de temps pour arriver à saisir sa nourriture et ne pourra pas prendre de grosses bouchées.
  • L’obstacle dans la gamelle : Aussi simple que la précédente, déposez une balle ou un gobelet au centre de son bol habituel avant d’y mettre sa nourriture, il devra contourner l’obstacle pour manger et donc ne pourra pas tout engloutir d’une traite.
  • Les distributeurs de croquettes : Il existe dans le commerce des distributeurs de croquettes de formes et de tailles diverses et variées, avec un niveau de difficulté plus ou moins élevé. Le bémol, le prix, c’est cher pour ce que c’est et c’est pas dit que votre chien va oser se « battre » avec cet engin pour mériter sa nourriture. Par contre, le gros point positif, ça stimule votre chien mentalement et l’occupe en utilisant son instinct de recherche pour sa nourriture, je le conseille vivement pour les chiens très actifs.
  • Les bols spéciaux pour chiens gloutons : Comme pour les distributeurs de croquettes, il en existe des tas de tailles et formes différentes. L’avantage par rapport aux précédents, on peut les utiliser avec de la pâtée ou de la viande crue également.

Je vous invite à regarder l’ensemble des produits proposés par Atoodog et par Zooplus. Vous trouverez aussi sûrement votre bonheur chez Tom&co ou dans n’importe quelle animalerie.

kong-wobbler

 

 

S’adapter à la taille de son chien

s'adapter à la taille de son chien

Quand j’écris des tutos pour des tours, je visualise toujours en fonction de la taille de mes chiens, sauf que tous les chiens n’ont pas la même taille et que le border collie a une taille « pratique » pour beaucoup de choses.

En parlant avec d’autres propriétaires de chiens, j’ai repensé à mes débuts avec Pantone, quand elle était encore chiot et qu’elle était nettement plus petite… Quand lui apprendre la marche au pieds était un vrai calvaire pour le dos parce qu’on avait tendance à rester penchés en marchant.

Place au blabla ! Il n’y a pas de restrictions de tricks par rapport à la taille de votre chien, en soi n’importe quel chien peut apprendre n’importe quel tour (hors restrictions médicales pour problème de santé, dans ce cas demandez l’avis de votre vétérinaire). Bien que je vous déconseille de vouloir apprendre à votre léonberg à sauter dans vos bras… En fonction de la morphologie de votre chien, il aura plus ou moins de facilité à exécuter certains tours (longueur des pattes, musculation du train arrière, masse, etc) si vous voyez qu’il bloque sur un apprentissage, demandez-vous pourquoi. Morphologie? Stress? Douleur physique? Confort de la surface? Lorsqu’il s’agit d’un soucis de morphologie, essayez de voir si vous ne pouvez pas aménager quelque chose pour contourner la difficulté ou adapter le tour à votre chien.

Adaptez-vous à la taille de votre chien ! Il existe pas mal d’astuces pour contourner les difficultés d’apprentissage (pour votre confort) liées à la taille du chien. Je pense par exemple aux clickers cibles pour apprendre la marche au pied aux chiens de petite taille sans avoir à se plier en deux. Aussi, si vous avez une pochette à friandises et un grand chien, veillez à la mettre de l’autre côté de votre taille que celui du chien pour éviter qu’il ne l’ait qui balance dans sa figure (ou qu’il puisse se servir dedans) lors de l’apprentissage de la marche au pied.

Réfléchissez avant. Avant de mettre un tour en exécution, pensez à votre chien, demandez-vous si c’est une bonne idée et évaluez vos objectifs par rapport à ce tour. Je n’essaierais pas de faire sauter un bouvier bernois dans un anneau fait par mes bras (à part si vous avez de très longs bras). Et autant que cela puisse sembler évident, un York sautera moins haut qu’un border de par sa taille (puis pour sa santé il vaut mieux éviter de le faire sauter trop haut), il est donc indispensable que vos objectifs correspondent à ses capacités.

Enfin, en ce qui concerne les tours et les leurres, vous devrez parfois adapter le mouvement à la taille de votre chien, faites preuve de souplesse. Il ne faut pas suivre les méthodes à la lettre surtout si ça semble ne pas fonctionner. A force de travailler avec votre chien, vous établirez un mode de communication et vous aurez un meilleur feeling pour les gestes à effectuer. N’ayez pas peur d’y aller à tâtons au début et ne soyez pas frustrés si ça ne fonctionne pas directement. Et si votre chien vous offre un autre mouvement que ce que vous aviez prévu au départ, soyez opportunistes et partez là-dessus ! Vous reviendrez à l’apprentissage initial par après.